6 octobre 2015

Parce que tout le monde a droit à une meilleure retraite… la suite!

L’an dernier, un nouveau régime d’épargne-retraite faisait son apparition dans le paysage de l’épargne québécois : le régime volontaire d’épargne-retraite (RVER). Mes plus fidèles lecteurs et lectrices se souviendront sans doute (!) du billet Parce que tout le monde a droit à une meilleure retraite.

Pour la mémoire… 

Rappelez-vous qu’on a créé le RVER parce que plus de 2 millions de travailleurs québécois n’avaient pas accès à un régime d’épargne-retraite au travail. Pour ceux-ci, ça prenait toute une discipline pour mettre de l’argent de côté. L’instauration du RVER est donc une bonne nouvelle. Mais pour assurer le succès de sa mise en place, le rôle de l’employeur est essentiel.

L’objectif? Permettre à tous ceux et celles qui travaillent au Québec de commencer tôt à épargner pour leur retraite afin de la rendre plus confortable. Leur sécurité financière à la retraite en dépend.

Vous êtes un employeur? 

Sachez que VOUS pouvez faire LA différence dans la retraite de votre personnel en mettant en place un régime avant les dates d’échéance prévues par la loi. Pourquoi en offrir un alors que la première date butoir n’est pas avant décembre 2016? OK, je vous l’accorde. Il n’y a pas d’urgence légale, à tout le moins, pas à court terme.

Mais la question ne devrait-elle pas plutôt être : Pourquoi attendre à la dernière minute et agir de façon précipitée? Vous devrez choisir un régime de toute façon. Et en trouver un qui convient à votre entreprise ne se fait pas à la légère. Même si le RVER est facile à mettre en place, vous devez choisir un établissement financier qui vous accompagnera dans votre démarche.

Des exemples 

On apprenait récemment dans un article que les 4 800 membres de l’Association des restaurateurs du Québec (ARQ) offriraient un RVER aux employeurs et employés du domaine de la restauration. Pour l’ARQ, la mise en place d’un RVER facilitera le recrutement et la rétention du personnel de qualité. Voilà une belle initiative qui mérite d’être soulignée!

Mais détrompez-vous, l’ARQ n’est pas seule à avoir emboîté le pas. D’autres n’ont pas attendu la date butoir, de sorte qu’on compte déjà 1 100 entreprises qui sont passées à l’action. Jusqu’à maintenant, plus de 6 000 participants mettaient à chaque paie un peu d’argent de côté pour leur retraite. Les sommes épargnées représentent plus de 2 M$ d’actifs jusqu’à maintenant.

Toute l'information pertinente et plusieurs outils sur les régimes volontaires d'épargne-retraite à un seul endroit. Informez-vous et passez le mot!

Ajouter un commentaire

11 juin 2015

L’histoire des « allocations familiales » au Québec

Ça fait maintenant 10 ans que la Régie des rentes du Québec administre le Soutien aux enfants, une mesure d’aide financière pour les familles du Québec.

Surpris d’apprendre que la Régie administre le Soutien aux enfants? Sachez que l’an dernier, elle a versé quelque 2,2 milliards $ à près de 862 000 familles. Les parents qui subviennent aux besoins d’un enfant handicapé ont aussi droit au supplément pour enfant handicapé.

En fouillant dans nos archives, j’ai mis la main sur un communiqué de presse diffusé lors de l’annonce du premier versement du Soutien aux enfants. Le ministre de la Famille de l’époque, le défunt Claude Béchard, se réjouissait que le gouvernement du Québec continue de placer la famille au cœur de ses priorités.

Dix ans plus tard, cette aide financière existe toujours. Mais saviez-vous que la Régie administre des allocations familiales au Québec depuis 1971? Tiré du portrait statistique sur le Soutien aux enfants, voici un bref retour en arrière.

1961-1973- L’allocation scolaire 

En septembre 1961, le gouvernement verse les premières prestations aux parents : l’allocation scolaire. Cette allocation, de 10 $ par mois, est versée pour les adolescents de 16 et 17 ans qui fréquentent l’école et sont domiciliés au Québec. Il s’agit d’une aide complémentaire au régime d’allocations familiales du gouvernement fédéral.

1967-1973 – L’allocation familiale 

En avril 1967, le Québec crée son propre programme d’allocations familiales destiné aux parents qui ont la charge d’un enfant de moins de 16 ans. Les parents ont alors droit à 30 $ par année pour un enfant et à 283 $ pour 6 enfants.

1974-1997- Régime des allocations familiales du Québec 

Entré en vigueur en janvier 1974, un nouveau régime remplace les allocations scolaires et les allocations familiales de 1967. Les versements mensuels sont faits à la mère de tout enfant célibataire de moins de 18 ans. Fait intéressant à noter, en mai 1977, l’allocation versée pour chaque enfant est augmentée de 27 %. Il s’agissait là d’une décision du gouvernement de redistribuer par les allocations familiales la somme de 30 M $ provenant d’une taxe de vente sur les vêtements d’enfants.

1980-2004 – L’allocation pour enfant handicapé 

En janvier 1980, on ajoute un volet pour les enfants handicapés. Le montant de cette allocation est alors de 60 $ par mois.

1988-1997 – L’allocation à la naissance 

En mai 1988, une nouvelle allocation s’ajoute : l’allocation à la naissance. Mieux connue sous l’appellation « bébé-bonus », cette aide a pour objectif de stimuler le taux de natalité. Elle prévoit un montant forfaitaire de 500 $ pour la naissance d’un premier ou deuxième enfant d’une famille.

1989-1997 – L’allocation pour jeune enfant 

À partir de janvier 1989, une nouvelle allocation est accordée pour tout enfant âgé de moins de 6 ans : l’allocation pour jeune enfant.

1997-2004 – Les prestations familiales 

En septembre 1997, la Loi sur les prestations familiales entre en vigueur et marque l’abolition de l’allocation pour jeune enfant et de l’allocation à la naissance. Plusieurs changements notables sont apportés. La nouvelle allocation familiale vise davantage les familles à faible revenu et exclut toutes les familles qui ont un revenu familial supérieur à 50 000 $. En 2004, quelque 496 000 familles recevaient cette allocation.

Depuis 2005 – Le Soutien aux enfants 

En janvier 2005, entre en vigueur le Soutien aux enfants. Il comprend deux volets : le Soutien aux enfants et le supplément pour enfant handicapé. Il remplace et bonifie entre autres les prestations familiales et redevient accessible à toutes les familles ayant des enfants de moins de 18 ans, peu importe leur revenu. En 2007, certaines améliorations sont apportées au Soutien aux enfants, dont la possibilité de désigner un autre bénéficiaire du chèque que la mère.

Les différentes prestations familiales mises en place au fil du temps démontrent bien toute l’importance accordée à la famille. Encore aujourd’hui, les parents ont la chance de compter sur des programmes de qualité dont le Régime québécois d’assurance parentale (RQAP) et le programme des places à contribution réduite (garderies). Le RQAP a même été cité récemment en exemple comme l’un des meilleurs au monde en matière de congés parentaux. Soyons-en fiers!

J’en profite au passage pour vous rappeler que la Régie est sur le point de terminer l’envoi des avis annuel à toutes les familles bénéficiaires du Soutien aux enfants. Prenez donc quelques instants pour valider les informations qu’il contient. C’est la meilleure façon de vous assurer que vous recevez votre juste part.

Ajouter un commentaire

7 mai 2015

Bilan d’une année réussie!

Aujourd’hui, le ministre responsable de la Régie des rentes du Québec, M. Sam Hamad, déposait à l’Assemblée nationale le Rapport annuel de gestion 2014 de la Régie. Qu’est-ce qu’un rapport annuel? À quoi sert-il? Sommes-nous satisfaits des résultats de la Régie pour l’année 2014? Laissez-moi vous expliquer tout cela.

Plan stratégique et plan d’action 

Le Plan stratégique 2012-2016 présente la mission, la vision et les valeurs de la Régie, ainsi que le contexte dans lequel elle évolue. Il décrit les orientations stratégiques et les objectifs qu’elle désire atteindre d’ici le 31 décembre 2016.

Pour rencontrer ces objectifs, la Régie produit, en début d’année, un plan d’action qui présente les actions qu’elle s’engage à réaliser.

Et le rapport annuel dans tout cela? Eh bien, il s’agit d’un outil qui vous est destiné. Il vous permet de constater la performance de la Régie par l’atteinte de ses résultats, notamment au regard de son plan stratégique et de son plan d’action.

Vous me suivez toujours? Bien!

Au-delà, il y a des projets… 

Comme vous l’avez peut-être remarqué, la Régie a connu une grosse année sur le plan des régimes complémentaires de retraite. Besoin d’un rafraîchissement? D’abord, elle a conseillé le gouvernement sur la mise en place de la loi sur les régimes de retraite municipaux en plus de participer aux différents forums sur les régimes de retraite des secteurs universitaire et privé.

Puis, le 1er juillet 2014, la Loi sur les régimes volontaires d’épargne-retraite (RVER) est entrée en vigueur. La Régie est responsable de la mise en place de la surveillance des RVER. Elle doit aussi les faire connaître en informant les travailleurs, les employeurs et les administrateurs sur l’application de la Loi.

La Régie a également participé à la création de la nouvelle Chaire de recherche Industrielle Alliance sur les enjeux économiques des changements démographiques. Pourquoi s’impliquer dans la recherche, me direz-vous? Parce que cela permet à la Régie de mettre à profit son expertise en matière de retraite. Ainsi, c’est toute la population qui en bénéficie.

En 2014, la Régie a aussi modernisé et simplifié un avis envoyé chaque année à plus de 870 000 familles qui reçoivent le Soutien aux enfants. Elle a également développé un nouvel outil appelé Cap sur votre retraite, qui offre au cotisant en âge de prendre sa retraite de l’information utile pour décider du moment opportun pour demander sa rente de retraite. Elle a également convaincu plus de 181 000 clients d’adhérer au dépôt direct. Merci à vous tous qui avez contribué à ce bel effort de développement durable!

Et, qu’a fait la Régie pour terminer l’année en beauté? Elle a mis en ligne son tout nouveau site Web mobile!

La Régie, une organisation performante! 

À travers tous ces résultats atteints et ces beaux projets, la Régie a aussi rempli sa mission en :
Voici des infographies qui présentent la Régie au 31 décembre 2014.

Je pense que la Régie peut être fière de ses résultats. Et vous, qu’en pensez-vous?